mercredi 11 décembre 2013

Béfana, la sorcière de Noël

Jusqu'à Noël, je vous délivrerais quelques extraits tirés de mes livres ayant trait avec cette période et le jour de l'An. 

Commençons avec la sorcière italienne du nom de Béfana... et mon livre "la Petite encyclopédie des sorcières" paru aux éditions du Mont.



Dans la nuit du 5 au 6 janvier, les plus chanceux peuvent observer dans le ciel d’Italie, une vieille femme portant un grand sac sur son balai volant. C’est la sorcière Befana (littéralement Épiphanie en italien) qui effectue sa tournée annuelle.
Avec son châle sur la tête, ses souliers éternellement percés, ses habits sombres élimés et tâchés de suie (la faute aux conduits de cheminée qu’elle persiste à emprunter…), elle est facilement reconnaissable !

La légende raconte qu’elle aurait autrefois croisé les Rois mages en partance pour Bethléem. Ayant refusé de se joindre à eux pour apporter une offrande à l’enfant Jésus, elle aurait été prise de remords dès le lendemain. Selon une autre version, Befana aurait préféré ranger les fagots qu’elle préparait afin qu’on ne pût les lui voler. Mais, quand son travail fut achevé, la caravane était déjà loin… Dès lors, pour se repentir, la sorcière porte chaque année aux enfants les cadeaux et douceurs qu’elle n’a pu offrir au Petit Jésus.

Gare toutefois aux bambins qui n’étaient pas sages car, dans leurs chaussettes accrochées aux cheminées ou aux fenêtres, les garnements ne trouvaient que du charbon, de la cendre, des oignons ou de l’ail ! Il faut croire que, au fil du temps, Befana est devenue plus charitable puisque désormais, une sucrerie couleur réglisse remplace le traditionnel morceau de charbon !

Cette sorcière est présente dans le cœur des petits Italiens depuis bien longtemps. Avant même que le Père Noël ne fasse son apparition dans ce pays, les enfants écrivaient déjà à Befana pour lui exposer leurs souhaits. Et les bas des plus pauvres se remplissaient de quelques fruits ou bonbons cuisinés à la maison.

Si elle disparut un certain temps du folklore italien, Befana connaît aujourd’hui un regain de jeunesse : le jour de l’Épiphanie est l’occasion de la célébrer de diverses façons. Dans de nombreux villages, une dame prend ses traits et distribue aux enfants chocolats, bonbons et crayons. De grandes foires culinaires sont organisées dans des villes telles que Rome. À Venise, des hommes déguisés en sorcière disputent une régate sur le grand canal, jusqu’au pont du Rialto où une chaussette géante est accrochée ! 

En soirée, les enfants dégustent douceurs et sucreries diverses tandis que les grands boivent du vin chaud aromatisé. Pour clore la fête, un mannequin à l’effigie de Befana est brûlé dans un grand feu de joie. Et, tel un phénix, elle renaît de ses cendres chaque année pour le plus grand bonheur des enfants…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire